Vous êtes ici : Accueil > EMC/EMI > Autour de la laïcité > Intervention de madame Latifa Ibn Ziaten au lycée professionnel Jean Rostand (...)
Publié : 6 septembre 2015
Format PDF Enregistrer au format PDF

Intervention de madame Latifa Ibn Ziaten au lycée professionnel Jean Rostand d’Offranville

Activité Pédagogique. Intervention de Latifa Ibn Ziaten.

Latifa Ibn Ziaten est la mère de l’adjudant Imad Ibn Ziaten, 30 ans, première victime, le 11 mars 2012 de Mohamed Merah.
Entre le 11 et le 22 mars, cet homme de 23 ans, sombrant dans l’islam radical, avait tué sept personnes et blessées six autres dans des attentats terroristes à Toulouse.
Latifa a rappelé son enfance et son arrivée en France avec son mari, son éducation basée sur le respect des uns envers les autres et son intégration à la vie française.
Dans le contexte actuel, cette action éducative citoyenne semble essentielle pour lutter contre les préjugés, les stéréotypes et la violence qu’ils génèrent.

Pourquoi avoir contacté Latifa ?

Après les évènements de Charlie, nous avons contacté Latifa à travers son association. Hébétés comme tous les collègues, nous avons tout de suite pensé que cette femme était une chance et une opportunité pour lutter contre des informations dissonantes et parfois nauséabondes.
Elle a très vite répondu et elle était surprise d’être invitée dans notre lycée. Je m’explique, elle était plutôt habituée à intervenir dans les lycées de banlieues et les prisons à la demande des prévenus. Pour le reste, tout s’est fait facilement. Nous nous sommes rencontrées à Saint Sever. Elle était accompagnée par 2 gardes du corps car elle venait d’être victime d’une fatwa.

Comment a été préparée cette intervention ?

Il est difficile de préparer sans empiéter sur le témoignage. 
Nous rencontrons avec nos lycéens des problèmes de racisme et d’intolérance de plus en plus exacerbés.
Pour la préparation, il nous semble que tout est permis à condition de poser quelques jalons.

Pour des raisons évidentes, nous avons choisi d’inscrire à cette intervention que nos élèves qui ont été préparés.

1. Rappeler la valeur du témoignage.

- Différence témoignage et histoire.
A quel moment précis de l’histoire appartient ce témoignage ?
Quel aspect de l’histoire illustre-t-il ?

2. Se poser des questions pour préparer le débat.

Les élèves ont préparé un certain nombre de questions en cours, listées au tableau et expliquées.
Ce sont les questions de quelques uns qui apportent les interrogations des autres élèves.

3. Apporter une culture et des connaissances historiques.

Cette intervention s’est faite deux mois après les évènements de Charlie. La confusion était palpable.
Nous avons clarifié et défini du vocabulaire trop souvent mal utilisé par les médias : intégrisme, islamiste, arabe, musulman, voile...
Ce qui a donné lieu a des mises au points.
Un arabe est-il forcément musulman ?
Un musulman est-il forcément arabe ?
Un français peut-il être intégriste ?
- Quelle est la symbolique du voile et des voiles ? Etc...

4. Le témoignage.

Pendant deux heures, les lycéens ont écouté.
Ensuite, les élèves ont posé des questions et Latifa a toujours rappelé la nécessité de surmonter la peur de l’autre.

Après, nous avons partagé le pot de l’amitié et les élèves ont remis une plante à Madame Latifa Ibn Ziaten pour son association.
Il est intéressant de constater que le débat avec Latifa a été riche. Surtout, ce ne sont pas forcément les élèves dynamiques en cours qui ont posé le plus de questions.
La rencontre autour d’un verre après le témoignage a permis aux plus timides de venir s’entretenir avec Latifa.

Ce fut un moment exceptionnel et émouvant

Sonia Yazid et Stéphane Letourneur, professeurs de lycée professionnel au lycée Jean Rostand d’Offranville.