Vous êtes ici : Accueil > Français > Bac pro > Terminale > Identité et diversité > Gagner à en mourir de Pierre-Louis Basse
Publié : 29 juin 2014
Format PDF Enregistrer au format PDF

Gagner à en mourir de Pierre-Louis Basse

Un récit romancé de Pierre-Louis Basse à partir d’un fait réel. Pierre-Louis Basse est une grande figure du journalisme sportif. Passionné d’histoire, il a écrit une dizaine de livres. En 2000, il a notamment rédigé une biographie de Guy Môquet que son grand-père maternel, résistant communiste, a côtoyé. Grand amateur de football, supporter du Dynamo de Kiev, Pierre-Louis Basse s’est passionné pour ce fait historique dont il livre un récit romancé, faute de sources.

La politique et le sport sont souvent liés. En 1941, le régime nazi décide d’organiser un grand tournoi européen de football. Il s’agit d’affirmer la supériorité du Reich dont la domination s’étend en Europe. Mais le FC Start, une équipe ukrainienne montée de bric et de broc par un ancien boulanger de Kiev venu recruter de vieux joueurs sur le retour et de jeunes sportifs en manque de compétition, accumule les victoires. Durant plus d’une année, l’équipe bat platement tous ses adversaires. Se répand alors partout en Europe la rumeur qu’une équipe de pauvres hères – dont bon nombre sont juifs ! – défie l’Allemagne nazie. Le 9 août 1942, l’équipe ukrainienne du FC Start doit affronter l’équipe nazie pour son match retour, au Zenit stadium de Kiev. L’équipe nazie, pourtant composée e militaires entraînés, a été corrigée 7 à 2 à l’aller. Il est impensable qu’un tel scénario se reproduise. L’État-Major allemand signifie aux joueurs ukrainiens l’ordre impératif de s’incliner. Sinon, ils encourent la peine capitale : la mort. Ce jour-là, même réduits à dix joueurs dès la première mi-temps, même menacés par les armes dans leur propre vestiaire par des officiers nazis, les hommes du FC Start décident qu’ils ne céderont pas… Ceux qui ne devaient servir que de faire-valoir refusent ce rôle. En conséquence, leur humanité sera niée par ceux qui ne se considéraient que comme des vainqueurs.

Le lecteur peut regretter le style littéraire parfois confus, car Pierre-Louis Basse s’éloigne parfois de sont récit pour livrer des souvenirs personnels, mais il trouvera un intérêt certain à lire cet ouvrage qui témoigne d’une leçon de courage, d’abnégation et d’humanité de la part de ces hommes qui, à leur façon, ont osé dire « non ». Il découvre l’histoire incroyable d’une équipe de football qui a préféré la mort plutôt que céder au déshonneur d’un match arrangé… Ce match n’est peut être pas le plus grand match de l’histoire du football mais il est certainement le match le plus important de l’histoire. Il convient de ne pas l’oublier, bien qu’il n’ait pas été retransmis à la radio et qu’il n’ait fait la manchette d’aucun journal. Davantage que le récit d’un match, Pierre-Louis Basse livre un récit entre histoire et mémoire.

Aux éditions Robert Laffont.

Marie-Gabrielle Ely-Goglin