Vous êtes ici : Accueil > Docs institutionnels > Lettres de rentrée > Rentrée 2013
Publié : 20 septembre 2013
Format PDF Enregistrer au format PDF

Rentrée 2013

Cher(e)s collègues,
Cette rentrée 2013 est une occasion pour nous de vous souhaiter une excellente année scolaire dans vos établissements et de formuler tous nos vœux à tous ceux, professeurs nouvellement entrés, professeurs stagiaires, mais aussi étudiants en Master 2, qui rejoignent notre académie.

Un grand merci à vous tous pour votre contribution à l’organisation des épreuves de la session 2013. Vous avez fait preuve de professionnalisme et de dévouement qui ont facilité le bon déroulement des examens et des jurys, malgré le nombre important de candidats notamment aux épreuves de l’oral de contrôle.
Vos efforts tout au long de l’année scolaire ont eu comme effet de meilleurs résultats aux examens :
• 78,5% (+ 1,6) au Bac pro. Les candidats ont obtenu une moyenne de 9,40 à l’épreuve de français, résultat qui tend à montrer un progrès au regard des résultats de l’an passé (+ 0,84). Ce qui en soi est positif et encourageant. En ce qui concerne l’épreuve d’histoire géographie la moyenne de 8,9 obtenue en 2013 présente une légère amélioration (+ 0,22) des résultats, qui ont connu une baisse significative en 2012 (année de la mise en place de la nouvelle épreuve) par rapport aux années antérieures. L’étude d’un échantillon de copies nous permettra de faire le point avec vous au cours de nos rencontres InterBEF ou avec les équipes lors de nos visites dans les établissements.

• 78,4% (+ 3,4) au BEP. Résultats qui confirment l’amélioration et qui nous intéressent particulièrement puisque la certification intermédiaire, dans les cursus de baccalauréat professionnel, permet d’assurer à tous un diplôme minimum et de lutter contre les sorties sans qualification.
Les résultats de cette session 2013, s’ils sont encourageants ne permettent pas pour autant de baisser notre vigilance ; nous devons poursuivre nos efforts pour répondre aux défis de cette rentrée qui annonce une année charnière ; celle de la refondation de l’école, mais également celle de la mise en œuvre du nouveau projet académique.

Les priorités nationales et académiques se rejoignent pour créer une dynamique de collectif de travail, pour pérenniser un travail sur le qualitatif, pour placer l’élève au centre d’un continuum éducatif et ceci dans le but de réduire les inégalités et élever le niveau de tous les élèves.
Innovation pédagogique, évolution en profondeur des pratiques professionnelles, ambition, ce sont les mots clés que nous devons retenir.
Les axes majeurs de notre nouveau projet académique placent l’élève au centre d’un monde qui l’entoure et qui lui ouvre des horizons plus larges :
• Axe 1 : L’ambition pour chaque parcours,
• Axe 2 : Former un élève connecté et participatif,
• Axe 3 : L’éducation dans un monde ouvert,
• Axe 4 : Des réseaux, des chaines d’action au service d’une stratégie.

Notre rôle est majeur. Ces orientations doivent guider nos choix pédagogiques et didactiques. Forts de notre expérience des dispositifs de soutien et d’accompagnement, nous pouvons nous emparer de ces objectifs et donner à notre discipline lettres-histoire-géographie-éducation civique toute la dimension qui éducative est la sienne. Les dispositifs de l’accompagnement personnalisé (AP) et des enseignements généraux liés à la spécialité (EGLS), qui sont des leviers essentiels à la réussite de tous nos élèves, prennent tout leur sens dans l’accompagnement de l’orientation, la consolidation des connaissances et des compétences, l’ouverture culturelle, l’ouverture sur le monde et la mobilité, mais également dans la lutte contre le décrochage scolaire qui passe souvent par la personnalisation de l’enseignement.

Ces dispositifs nous aideront également à donner de l’ambition au parcours des bacheliers professionnels et permettront aux élèves qui s’engageront dans des poursuites d’études, de mieux anticiper les exigences du supérieur et de faire face à d’éventuelles difficultés d’adaptation et de niveau, en cohérence avec un des axes majeurs de la circulaire de rentrée 2013 : Permettre à tous les élèves du lycée de réussir pour favoriser leur poursuite d’études dans l’enseignement supérieur et leur insertion dans la vie professionnelle.

En Bac Professionnel

Français

L’enseignement du français ne doit pas être pensé comme une transmission de connaissances, mais comme un des lieux majeurs de la formation à la réflexion personnelle et à l’affirmation d’un jugement personnel. Faire réagir les élèves, les faire entrer dans le débat d’idées, le partage d’émotions, l’apport de connaissances sur l’époque et le milieu qui ont vu naître une œuvre, la façon dont l’œuvre a été reçue par les lecteurs de son époque, la réflexion sur l’écriture de l’œuvre et ses effets sur le lecteur d’aujourd’hui, constituent des axes majeurs de notre enseignement.
N’oublions pas que nous devons concevoir nos progressions dans la continuité des trois années du cycle. En seconde, il s’agit de construire un jugement personnel raisonné « moi, mes goûts, mes opinions », en première, il s’agit de confronter son opinion à celle d’autres personnes, d’autres époques du « moi » au « nous », en terminale, il s’agit d’interroger la nature humaine de « nous » à « l’Homme ».
L’épreuve écrite en français, ainsi que celle de l’oral de controle s’inscrivent dans le cadre de trois objets d’étude de terminale et des questions qui les accompagnent conformément à l’esprit des programmes. Elles exigent donc des candidats d’avoir acquis des connaissances et des compétences enseignées au cours de l’année.
Une attention particulière sera donnée cette année à l’acquisition d’un lexique approprié et d’une bonne maîtrise de la langue, éléments fondamentaux à l’approfondissement de la réflexion.

En histoire géographie éducation civique

Des aménagements de programmes sont prévus en 1ère et Tale Bac pro dès cette année. Vous pouvez les consulter sur http://eduscol.education.fr/histoire-geographie/actualites/.
La décision finale du ministre interviendra après la consultation du Conseil supérieur de l’éducation qui l’a adopté le 19 septembre et de la « Formation interprofessionnelle ».

Ces aménagements de programmes prévoient :

• en 1ère Bac Pro :

- La suppression d’un sujet d’étude en histoire : La Ve République, une République d’un nouveau type ? Question qui sera étudiée dans le thème obligatoire d’éducation civique.
- Pour chaque sujet d’étude, une situation est supprimée. Ainsi, les élèves pourront s’y retrouver plus facilement lors de la certification intermédiaire sous forme de BEP : le choix sera plus réduit, ce qui réduira la liasse proposée le jour de l’examen.
- Le thème obligatoire d’éducation civique est remanié.

• Tale Bac pro :

- La suppression d’un sujet d’étude en géographie : Les mobilités de la population.
- Les situations concernant le sujet d’étude « Les transformations de l’espace productif et décisionnel » ont été modifiées.
- Pour chacun des thèmes d’éducation civique, un des sujets possibles a été supprimé.
Vous serez probablement amenés à infléchir certaines de vos approches et nous attirons également votre attention sur le fait que certains éléments des "Orientations et mots clés" (qui guident la problématisation des sujets d’étude) ont été largement refondus et actualisés, en particulier en géographie.
Ces aménagements ne remettent pas en cause l’utilisation des manuels existants et devraient contribuer à faciliter votre travail et celui de vos élèves.
De nouvelles fiches ressources seront mises en ligne sur Eduscol pour vous aider à mettre en place les aménagements.

En CAP :

Pour les CAP, le programme reste le même (Bulletin officiel n° 8 du 25 février 2010) ainsi que les modalités de CCF. (BO N°29 du 17/07/2003). En histoire-géographie, tous les sujets d’étude sont obligatoires et en éducation civique deux thèmes sont à étudier dont le thème obligatoire (Droits de l’homme et action internationale).
Les programmes remaniés d’histoire-géographie et celui de français s’articulent avec ceux de la classe de première professionnelle. Nous attirons votre attention sur la nécessité d’organiser le CCF de manière cohérente sur les deux années du cycle suivant les modalités prescrites dans le BO n°29 du 17/07/2003.
L’épreuve de français et d’histoire-géographie est constituée de deux situations d’évaluation, comprenant chacune deux parties : une partie écrite en français, une partie orale en histoire-géographie. (B.O. 2003 n°29 du 17 juillet 2003)
Les deux situations d’évaluation sont évaluées à parts égales et les deux parties de chaque situation d’évaluation évaluent des compétences complémentaires, à parts égales.
En français la pratique de l’écriture longue permet de développer efficacement les compétences d’élèves souvent en grande difficulté linguistique, elle peut être étendue à tous les niveaux de classes.
En histoire géographie, seules ces deux disciplines peuvent donner lieu à la réalisation d’un dossier, mais l’un des documents peut comporter une dimension civique en lien avec le programme d’éducation civique. De plus, le dossier lui-même n’est pas pris en compte dans l’évaluation certificative, c’est la prestation orale qui est évaluée. Il est déconseillé de faire assister les élèves ou les apprentis à la passation d’un de leurs camarades, pour éviter de déstabiliser le candidat.
Les notes attribuées sont des propositions à destination du jury et ne doivent donc pas être communiquées aux candidats. Ainsi, réglementairement, un dossier d’évaluation est constitué pour chaque candidat par l’équipe pédagogique..
Le dossier d’évaluation de chaque candidat au CAP comporte :
• l’ensemble des travaux réalisés (en français et en histoire-géographie),
• les feuilles d’évaluation (comprenant nom et signature du professeur, résultats obtenus et grilles d’évaluation),
• les feuilles de synthèse des 4 évaluations.
Il est archivé, l’archivage du dossier étant géré par chaque établissement.
Ce dossier pourra être mis à disposition du jury de délibération et des corps d’inspection.
Les dossiers doivent être conservés un an après la publication des résultats.

Troisième :

Un projet d’aménagements des programmes d’histoire-géographie de la classe de troisième du collège est également en ligne sur Eduscol. Ce qui n’est pas le cas pour le référentiel d’enseignement pour les classes de Troisième à dispositif particulier (notamment la Troisième prépa-pro) qui fait l’objet de réflexions sur des aménagements. Nous vous tiendrons au courant dès qu’une information nous sera transmise.

Vous souhaitant une excellente année 2013-2014,

Iacovina Sclavou, Nathalie Barral, Marie-Françoise Niel.

Pour la télécharger :

info document -  PDF - 32.5 ko"